Partenaires




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Activités de terrain > Fouilles archéologiques > >>> Eglise Saint Melaine

>>> Eglise Saint Melaine

L’église Saint Melaine de Rennes

Ces recherches se déroulent grâce à la collaboration et l’appui des différents services patrimoniaux DRAC Bretagne et la Mairie de Rennes.
Notre équipe pluridisciplinaire, en Histoire de l’Art, Archéologie et Histoire associe étroitement l’archéométrie, (archéomagnétisme des briques, analyses des inclusions des mortiers) et des modélisations numériques tridimensionnelles.
Elle s’inscrit dans un projet de chantier école sur long et moyen terme.
Des sondages archéologiques permettraient de connaître et de définir les contextes anciens de Saint-Melaine, de l’antiquité aux abbayes successives médiévales. Ils sont motivés par la détermination de la stratigraphie et de la potentialité archéologique du secteur mais aussi par l’identification des phases de constructions à partir de l’étude des fondations.

Tombeau de saint de l’antiquité tardive, prestigieuse abbaye clunisienne, transformée par les mauristes à l’époque baroque, saint Melaine mêle plusieurs visages et histoires intimement liées à ceux de Rennes et de la Bretagne. Injustement délaissée, elle domine la ville de sa fière torpeur.

St Melaine



Depuis 2010 les étudiants du département d’Histoire de l’art et d’archéologie de Rennes 2 étudient l’église de saint Melaine de Rennes. Ces recherches ont permis aux services des monuments historiques (DRAC Bretagne) d’ouvrir une procédure de classement de l’édifice ce qui constitue une grande avancée pour le patrimoine de la ville de Rennes.




Les premières découvertes indiquent qu’une partie de l’église de Saint Melaine date de l’époque carolingienne ou de l’an mille et que le reste du bâtiment a été modifié trois fois à l’époque romane. Ces résultats firent l’objet d’articles scientifiques internationaux. Saint Melaine est entrée dans le cercle restreint des grands bâtiments religieux de l’an mille en Europe.

St Melaine



L’église n’avait pas fait l’objet d’étude approfondie jusqu’à présent. La topographie antique et médiévale est méconnue : saint Melaine est implantée en périphérie de Rennes sur une nécropole antique et paléochrétienne. Le corps de Melaine y est amené et un tombeau est édifié. Les églises primitives qui succèdent au tombeau du saint s’ajoutent pour former une véritable stratigraphie monumentale.

St Melaine



La plus ancienne période conservée concerne tout le transept. Les murs, renforcés de contreforts, ainsi que les encadrements des ouvertures sont construit suivant une alternance de matériaux créant une bichromie. La présence de briques antiques et de mortier de tuileau (en brique pillé) est attestée dans cette période ancienne de construction. La croisée du transept est formée de très grands arcs outrepassés reposant sur de puissants piliers qui supportaient une tour. Les arcs des collatéraux, légèrement outrepassés ont une bichromie alternant granits et briques. Dans l’attente de fouilles archéologiques nous supposons que cette construction, antérieure à la période romane, remonte soit au IX soit au Xe s.

A la période romane (XI XIIe s) trois campagnes de travaux se succèdent : la nef est prolongée vers l’ouest, puis la tour-porche est construite, enfin l’église est prolongée vers l’est. Le style de cette dernière phase diffère par la présence d’arcatures surmontées d’un étage de tribunes aujourd’hui muré. A la période gothique, les fenêtres hautes de la nef sont obturées et les murs sont surélevés. La croisée du transept fait l’objet d’une tentative de voûtement en ogive. La tour porche est chemisée et surhaussée à la période baroque et au XIXe s.


Nef

La connaissance de Saint-Melaine apporte des éléments inédits dans la connaissance de l’architecture religieuse du haut Moyen-Âge, l’église se situant dans la série des grands édifices de l’Ouest : Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, le Mont Saint-Michel, Saint-Guénolé de Landévennec et Saint-Pierre d’Alet.
Or Saint Melaine de Rennes est la seule de ce groupe qui n’ai pas fait l’objet d’étude systématique ni de fouilles…

Quelques repères chronologiques :


Les trois périodes anciennes de saint Melaine

Nef



Antiquité : nécropole à l’extérieur de la ville antique qui dure jusqu’au VIe s

Le tombeau du saint

511 : présence de Melaine au concile d’Orléans, évêque de Rennes il est proche de Clovis.
550 : construction du tombeau de saint Melaine
593 : incendie du tombeau
VIIe s. : rétablissement de l’abbaye par Salomon II

Des vikings à l’an mille

Avant le IXe s. : rédaction de la vie de saint Melaine
875 : les normands se réfugient une nuit dans l’église.
Xe s. : présence des normands
920/923 : enfouissement d’un trésor monétaire
1026 : Miracle de Noël

L’âge d’or de l’abbaye clunisienne

1054 /1058- 1081 : abbatiat d’Even
1066 : inhumation de Conan II sous le porche
1081-1109 : abbatiat de Gervais
XIIIe s. : ogives sur la croisée
XIVe s. : reprise des nefs

L’abbaye baroque

1676 : reconstruction de l’abbaye par les Mauristes
1845 : l’église devient paroissiale, la tour porche est terminée, destruction d’une partie des bâtiments de l’abbaye, découvertes archéologiques, découverte des chapiteaux du cloître.

Dominique Allios,
MCF en archéologie médiévale, Univ. Rennes 2, LAHM, UMR 6566.




Mots-clés

Saint Melaine, Fouilles, Chantiers, Rennes