Partenaires




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > Le LAHM > Les membres de l’équipe > Doctorants > GEHRES Benjamin

GEHRES Benjamin

Voir le profil Academia.edu
Mail

Titre de la thèse : Ceramile : le littoral breton, centre ou périphérie ? Approches archéométriques des sociétés insulaires armoricaines par le mobilier céramique, du Néolithique à l’époque romaine.

Laboratoire : LAHM

Début de la thèse : Novembre 2011

Directeur de Thèse : TUFFREAU-LIBRE Marie

Résumé de la thèse : Ce projet de thèse propose d’appréhender l’évolution des productions céramiques et des échanges entre îles et continent du Néolithique à l’époque Gallo-romaine en Bretagne. Cette thèse permettra de comprendre grâce à l’archéométrie appliquée aux céramiques, le rôle du littoral breton dans le développement de réseaux de communication, de circulation des hommes et des produits. En déterminant le caractère local ou exogène d’une production, il sera possible de cerner le degré d’ouverture ou de repli d’une occupation. Les analyses archéométriques se dérouleront sur plusieurs étapes et à échelles différentes. Au niveau macroscopique seront étudiés les techniques de montages, les types de cuissons ainsi que la présence de peinture ou d’engobe. La réalisation de lames minces permettra grâce à un microscope polarisant d’identifier les inclusions présentent dans l’argile et de déterminer l’origine géologique et géographique. Ces études seront complétées par l’emploi d’un M.E.B. et d’analyses par diffraction X. Les données obtenues poseront la question du statut des sites littoraux et insulaires : sont-ils des centres de productions ou des occupations périphériques dépendantes de continentaux ? Le cadre chronologique permettra de suivre l’évolution des caractéristiques des céramiques (technologie et pétrographie) ainsi que des lieux d’approvisionnements et de productions. Enfin il s’agira de replacer les occupations insulaires et leurs liens avec le continent au sein de problématiques environnementales, comme la remontée du niveau marin qui a entraîné l’insularité de territoires. Ainsi la question de la pérennité de leurs liens avec le continent ou la raréfaction de ces contacts se pose.